30 mars 2015

Lettre ouverte de la FNO à Madame Marisol Touraine

Paris, le 30 mars 2015 

Lettre ouverte à Madame la Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes 

Pourquoi les orthophonistes sont-ils contre le projet de loi relatif à la Santé.


 Dissimulé derrière le principe du Tiers payant généralisé qui devient un alibi démagogique et médiatisé, un projet de loi délétère pour notre système de santé est en train d’être examiné au parlement en procédure accélérée. La Fédération Nationale des Orthophonistes dénonce cette situation et ce climat de dialogue social virtuel et de désinformation systématique qui s’est instauré.

 Madame la Ministre, Cette réforme portée par le projet de loi de santé n’est pas une réforme sociale.

 Madame la Ministre, Cette réforme apporte aujourd’hui bien plus de dangers pour les assurés, pour les patients, que d’avantages.

 Madame la ministre, L’opposition, aujourd’hui unanime, à ce projet de loi n’est pas celle de « nantis » contre un ministère qui se voudrait réformateur et social. Cette opposition n’est pas une caricature de jeux politiques ; ce n’est pas celle de « la droite » contre « la gauche ». Cette opposition est celle de professionnels de santé qui tous les jours côtoient des patients et qui s’unissent pour les défendre et pour sauvegarder l’esprit d’un système de santé solidaire.

 Aujourd’hui, Madame la Ministre, les orthophonistes sont très inquiets à l’écoute de vos déclarations, à la lecture de votre projet de loi, de certains rapports sortis depuis peu, et des synthèses des groupes de concertation sur cette même loi. Les orthophonistes, qui soignent leurs patients chaque jour et touchent leur réalité quotidienne dans chaque bassin de santé, ne comprennent pas comment ce projet de loi va permettre une plus grande équité, une meilleure qualité de soins pour les usagers et pour les patients.

 Aujourd’hui, Madame la Ministre, au-delà des effets d’annonce, les orthophonistes ne voient pas ce projet comme une avancée sociale. 

 Mais au-delà de ces considérations générales, néanmoins fondamentales pour chaque citoyen :
  - Les orthophonistes ne comprennent pas comment le fait de livrer la Santé comme une « marchandise » à des entreprises privées, proposant des complémentaires Santé, est une grande avancée sociale. Nous ne comprenons pas comment ces assurances pourraient proposer aux assurés les plus démunis des contrats sans qu’aucun tarif plafonné n’ait été fixé par l’Etat. Et si le tarif du premier contrat d’assurance est supérieur au montant de l’Aide à la Complémentaire Santé, comment ces assurés pourront-ils y souscrire ?
  - Les orthophonistes ne comprennent pas que vous permettiez la libre circulation des données de Santé sans avoir assuré auparavant leur sécurisation et l’anonymat des assurés sociaux, des patients en particulier. A l’heure où encore beaucoup de nos patients, sortant de maladie, n’arrivent pas à obtenir un prêt ou une assurance, qu’adviendra-t-il quand ces mêmes organismes pourront vérifier eux-mêmes si leur client ne présente aucune pathologie ? Et comment se fait-il, alors, que ce fameux dossier électronique partagé entre professionnels de santé ne puisse toujours pas être mis en place, en raison de la sécurisation des données de santé exigée, alors que celles de l’Assurance maladie seront ouvertes ? Comment garantissez-vous à chacun d’entre nous, aux malades en particulier, l’anonymat de ces données ?
  - Les orthophonistes ne comprennent pas que l’Etat mette à mal le système de conventions nationales, en ouvrant la porte à plus ou moins long terme, à des dérives locales. Ces conventions protègent le système et surtout le patient en obligeant l’Assurance maladie et chaque professionnel à respecter des droits et des devoirs. Ces mêmes conventions nationales garantissent le prix de chaque soin, l’installation démographique pour la plupart de nos professions.
  - Les orthophonistes ne comprennent pas quel était l’intérêt de ne dialoguer qu’avec les seuls médecins en ignorant les compétences de tous les autres professionnels de santé, créant ainsi des tensions inutiles : depuis de nombreuses années, les patients sont mieux soignés, et plus rapidement, grâce notamment à une intervention efficace de leurs soignants, dont la plupart sont des non médecins.
  - Les orthophonistes ne comprennent pas que l’Etat puisse accorder la subvention de Maisons de Santé Pluridisciplinaires à la seule condition qu’on y trouve deux médecins libéraux à l’heure où on n’en trouve plus un seul pour venir s’installer dans les campagnes et dans certains quartiers ? Peut-être n’avez-vous pas pensé qu’un regroupement d’autres professionnels de santé pourraient justement attirer un médecin ?

 Il y a de nombreux autres points que nous n’avons pas compris …et étrangement, les orthophonistes ne sont pas les seuls … Le monde de la santé est inquiet et indigné devant la méthode devenue systématique de mise en œuvre de simulacres de concertations ou de négociations.

 Madame la Ministre, nous le rappelons, cette réforme n’est pas une réforme sociale.

 Les orthophonistes sont dans cette opposition qui, aujourd’hui, est celle de l’ensemble des professionnels de santé qui tous les jours côtoient des patients, qui s’unissent pour les défendre, et qui sont aussi des citoyens. Cette opposition est celle de professionnels de santé qui ne considèrent pas la Santé comme un « bien comme les autres », comme une « marchandise » que l’on peut brader au plus offrant, et en particulier à des financeurs privés. Cette opposition est celle de professionnels de santé qui veulent conserver, en l’améliorant, le système solidaire issu du Conseil National de la Résistance !

 Des propositions nous en avons, pour un système égalitaire et solidaire, pour un système qui place les acteurs de santé au cœur du dispositif aux côtés des patients. Mais est-ce, en conscience celui que vous nous dessinez ? A l’instar du premier axe de votre projet de loi « Prévenir avant d’avoir à guérir… », relèverez-vous le défi d’entendre les professionnels de santé français ? Aurez-vous le courage politique d’apporter une réponse adaptée à cette situation sans précédent ?


Fédération Nationale des Orthophonistes – www.fno.fr 145 bd de Magenta – 75010 Paris Tél. 01 40 35 63 75 – Fax. 01 40 37 41 42 – contact@fno.fr 

12 mars 2015

Grève du 13 Mars: A vos mails!!

Cher(e)s collègues,

Le Syndicat Régional des Orthophonistes de Franche-Comté a organisé une opération de communication auprès des ARS en marge de la manifestation du 13 mars que nous vous proposons de relayer en Alsace.

Comme vous le savez, un appel à la grève a été lancé et sera suivi par de nombreux salariés et libéraux.
Cependant, le fermeture d'un cabinet libéral n'est pas visible pour le gouvernement.

Nous vous proposons donc d'envoyer un mail aujourd'hui ou demain à l'ARS (ars-alsace-contact@ars.sante.fr) pour signaler votre soutien à l'action de l'intersyndicale des orthophonistes. Merci de mettre en copie la FNO (contact@fno.fr) ainsi que le SROAL (sro.alsace@wanadoo.fr) .

Par exemple :

Je soutiens l'action de l'intersyndicale des orthophonistes qui lutte contre le risque de disparition de la profession à l'hôpital, la disparition des lieux de formation pour les futurs orthophonistes, pour que les patients reçoivent les soins dont ils ont besoin, pour un salaire correct, pour la recherche en orthophonie, pour la reconnaissance de notre profession.


Signature,  précisez modalité d'exercice et adresse. et précisez que vous faites la grève ou fermez votre cabinet si c'est le cas.

Faites passer le message!

Cordialement,

Le SROAL

3 mars 2015

Grève du 13 Mars!! Mobilisons-nous!

 ORTHOPHONISTES LIBÉRAUX ET SALARIES



HALTE AU MÉPRIS !
A l’hôpital, nos compétences valent à peine 57 euros de plus que le SMIC soit 1,04 SMIC…

Chers collègues,
En février 2013, Mme Touraine, ministre de la Santé, écrivait : « Afin de tenir compte des compétences requises dans la prise en charge orthophonique des patients, le gouvernement a décidé de porter la formation à 5 ans et de la reconnaître au grade master ».
Or depuis 1987, le salaire hospitalier à l’embauche correspond à une reconnaissance bac+2. Allons-nous continuer à cautionner encore longtemps cette situation intolérable pour nous, nos collègues et nos futurs collègues ?

A ce jour, aucune ouverture de négociations salariales n’est envisagée.

De plus en plus, on constate la vacance des postes en salariat, voire leur disparition.
La dégradation de l’offre de soins orthophoniques hospitaliers est inacceptable, pour les patients comme pour les professionnels, avec par exemple pour conséquences l’allongement des délais pour la mise en oeuvre des soins, la disparition de lieux de stages pour les étudiants, la dégradation des réseaux ville-hôpital…
Et quand il s’agira de notre famille, de nos parents, de nos enfants, de nous même ? Comment réagirons –nous ?

Non à la mort programmée de l’orthophonie hospitalière !

IL EST TEMPS DE NOUS MOBILISER TOUS ENSEMBLE,
LIBÉRAUX ET SALARIES,
pour une juste reconnaissance
de notre niveau de qualifications et de compétences.
Mettons le ministère face à ses responsabilités : assurer des soins orthophoniques de qualité dans les meilleurs délais sur tout le territoire.


Vendredi 13 mars entre 11h et 14h, mettons-nous en grève et rassemblons-nous devant le ministère de la Santé,
16 Av Duquesne 75007 PARIS, métro école militaire ou Saint-François-Xavier.

  

Rendez-vous à ne pas manquer pour l’avenir de notre profession

Le SROAL participera à hauteur de 100 euros au transport, en échange d'une photocopie du billet avant le trajet, et des billets originaux.

Blouse blanche et tenue noire en dessous. Sifflets, et autres instruments qui font du bruit seront les bienvenus.


3 février 2015

Appel à candidature pour une étude en psychologie latéralité, dominance hémisphérique et traitement de l’information chez les dyslexiques

Etude en Psychologie Latéralité, dominance hémisphérique et traitement de l’information chez les dyslexiques.



 Actuellement étudiants en première année de Master en Psychologie clinique du développement à l'Université de Strasbourg, nous sommes à la recherche d'enfants dyslexiques pouvant participer à notre recherche "Latéralité, Dominance hémisphérique, et Traitement de l'information chez les dyslexiques". Outre les institutions prenant en charge des personnes dyslexiques, nous aimerions pouvoir contacter des orthophonistes (dont la patientèle est composée, entre autre, de patients ayant des troubles du langage) afin de leur demander s'ils accepteraient de diffuser notre demande de participation.

    L'étude est réalisée par un petit groupe d'étudiants en première année de Master (dont je fais partie) sous la direction de Mr. Hervé Segond, Docteur en Psychologie. Elle porte sur l'organisation de l'espace graphique, la latéralité manuelle, la latéralité centrale, etc. chez les individus porteurs d'une dyslexie, et fait partie d'un ensemble de recherches menées afin d'améliorer les connaissances actuelles sur la question de la latéralité dans certains troubles développementaux, mais également de manière plus concrète et pratique de promouvoir le diagnostic précoce (et par conséquent la prise en charge) des troubles de la latéralité que l'on retrouve chez un certain nombre d'individus touchés par un trouble développemental, comme les troubles du langage écrit et/ou oral.

    Nous recherchons plus précisément des enfants dyslexiques d'environ 10 ans scolarisés en classe de CM2 ou niveau équivalent. Les observations et épreuves se feront sur trois sessions de passation et se dérouleront à la Faculté de Psychologie, dans le laboratoire de Psychologie des Cognitions (au 12 rue Goethe, 67084, Strasbourg).
    Leur participation est bien entendu totalement libre, et les données seront anonymisées.

Affiche que vous pouvez diffuser auprès de vos patients. Merci pour votre aide!